PROPAC-CNCPRT-PAOPA-

 

Une mission de suivi et accompagnement de la PROPAC auprès du Conseil National de Concertation des Producteurs Ruraux du Tchad (CNCPRT) dans le cadre du programme PAOPA s'est déroulée du 11/12/2016 au 19/12/2016. Durant son séjour, la mission a travaillé à Ndjamena avec les responsables politiques et l'équipe technique du CNCPRT, et les responsables de l'Union des Sociétés de l'Action Rurale des Périmètres irrigués du Lac (USARPAL). Elle s'est également rendue à Massakory (Région de Hadjer Lamis) dans les locaux de l'Union Al Mustakhbal où elle a travaillé avec les membres et les techniciens de cette organisation paysanne et dans l’une des exploitations de sorgho de l’Union.

L’objectif était d'assurer un suivi de proximité de la mise en œuvre du PAOPA en vue d’apporter un appui technique aux équipes mises en place par l’Organisation Paysanne Nationale (OPN) et les Organisations Paysannes Locales. De manière spécifique, il s'agissait de: évaluer les activités réalisées au-delà du 31 décembre au titre du PTBA 2015; évaluer l’état d’avancement de la mise en œuvre du PTBA 2016 ; évaluer l’état d’avancement de la mise en œuvre des projets des OPL ; Conscientiser les OP à respecter les procédures édictées par la FIDA et la PROPAC ; appuyer les services financiers à la justification des dépenses engagées ; Collecter les données sur les expériences à capitaliser.


Évaluation des activités du PTBA 2015 réalisées au-delà du 31 décembre 2015

Les activités du PTBA 2015 reportées en 2016, selon le rapport d'audit 2015 du  CNCPRT, s'élèvent à un montant total d'environ 11 411 024 FCA soit 17 396 euros. Ces activités sont réparties entre 3 composantes. Les activités constituant le reliquat 2015 ont presque toutes été réalisées sauf les activités de production des supports de communication  et de prise d'espace média (sous-composante 1,2). Certaines activités notamment "capitalisation et partage des connaissances et expériences" et, "contribution aux rencontres d'auto évaluation" bien qu'ayant déjà été réalisées présentent au 30/11/2016 des soldes pour un montant cumulé de 1 067 069 FCFA. Ainsi, 81% du reliquat 2015 a déjà été réalisé jusqu'ici et le reste soit 19% devra être réalisé pour une partie d'ici la fin d'année 2016 et pour l'autre partie en 2017. Il est prévu à cet effet la participation du CNCPRT dès janvier 2017 à la rencontre d'auto évaluation qui aura lieu au niveau régional.

 

  A.       Avancement de l'exécution du PTBA 2016

Les fonds du PTBA 2016, ont été  exécutés à 55 %, dans une période de quatre mois du 15/08/2016 au 30/11/2016. Malgré la courte période, la mise en œuvre des activités en 2016 a néanmoins permis d’obtenir des résultats tant qualitatifs que quantitatifs se déclinant sous les différentes composantes.  Dans le cadre de la composante 1, une rencontre statutaire s'est tenue, le 13 octobre 2016, au Centre de Lam-Lama à Bongor, chef-lieu de la région du Mayo-Kebbi Est,  avec la participation de  28 leaders dont 15 femmes et 13 hommes ; 4 jeunes et 24  adultes. Cette rencontre a permis de faire un bilan sur les activités menées, sur la mobilisation des cotisations et la révision des textes statutaires,  la clarification du statut des membres. La  question de la gestion des cotisations n’a cependant pas connu d’évolution en rapport avec le respect des engagements du CNCPRT. La raison évoquée étant le besoin d'effectuer un audit préalable au niveau des régions au courant de 2017. En matière de renforcement des capacités, la PROPAC a appuyé dans le cadre du projet TCP 3502/FAO/PROPAC une formation sur les coopérative et leur mode de fonctionnement du 18 au 22 octobre 2016, à l’hôtel Moderne de Bongor avec 30 participants dont 12 femmes et 18 hommes ; 3 jeunes. Le CNCPRT  a aussi bénéficié d’un autre atelier de formation sur les « DROITS CIVIQUES DES FEMMES » dans le cadre du programme Gouvernance Vétérinaire (VET-GOV) de l’Union Africaine qui promeut la gouvernance de l’élevage en Afrique. Ce qui a contribué à lamélioration du niveau de compétences des principaux responsables du CNCPRT et notamment des femmes. Le CNCPRT a pu actualiser son plan stratégique, celui-ci sera soumis au Conseil d’administration pour validation. Le CA et le bureau exécutif se chargeront ensuite de rechercher les ressources nécessaires à son implémentation pour l’opérationnaliser. En termes de suivi, quatre grandes missions d’équipe dont l’objectif étaient  d’appuyer les leaders des régions à la structuration des OP à la base ; et de les informer sur les opportunités à saisir dans le cadre de différents projets se sont réalisées pendant la période de 10 août à septembre 2016. Ces missions se sont concentrées dans les régions du Lac, HadjerLamis, Chari Baguirmi, Mayo-Kebbi Est et Ouest, Tandjilé, Logone Oriental et Occidental, Mandoul et Moyen Chari.

Pour ce qui concerne la production des supports de communication, le CNCPRT  prépare la production d'un calendrier 2017. Dans le cadre de la composante 2, Le CNCPRT a produit 500 copies du cahier des doléances des femmes rurales. Ce cahier a été présenté à tous les candidats à l'élection présidentielle de 2016 ainsi qu'à la première Dame qui a promis de remettre main à main au Président de la République et à demander aux femmes de lui remettre les projets provenant des femmes rurales. Une déclaration des producteurs ruraux du Tchad sur la mise en œuvre des stratégies adoptées pour la lutte contre les effets du changement climatique a été faite sur les antennes de RTN et l’ONTRV le 12 octobre 2016.  Cette prise d’espace médias a été faite en collaboration avec la Direction Générale chargée des questions du changement climatique au Tchad. Le CNCPRT a plaidé avec le point focal du PDDAA pour la tenue de la table ronde des bailleurs afin de financer les actions du Plan national d’investissement du secteur rural. Ces actions ont fortement contribué à accroître cette visibilité. Le renforcement de la crédibilité du CNCPRT a permis en 2016 le développement de partenariat local dont celui signé en octobre avec le OXFAM dans le cadre de la mise en œuvre des activités du Projet « Politiques publiques et Transparence Budgétaire au Tchad » de l’Union Européenne.

Pour ce qui concerne la composante 3, l’appui aux activités économiques, le PAOPA a permis de financer les projets de   l’Union des sociétés d’action rurale des périmètres irrigués du Lac (USARPAL) et l’Union Al Mustakhbal de Hadjer Lamis. Pour USARPAL,  le projet consiste à l’appui à la mise en œuvre des projets Gestion de l’irrigation, warrantage et approvisionnement collectif d’intrants pour la production vivrière dans le polder de Guini et pour Al Mustakhbal, le projet consiste à appuyer la mise en place d’un système d’approvisionnement en semences et de warrantage de céréales. Au courant de l’année 2016, les deux OPL ont bénéficié de  5 virements chacune. Elles ont aménagé leurs bureaux et se sont dotés et matériels et fournitures de bureaux. Elles ont opérationnalisé leurs bureaux en recrutant un personnel technique (gérants) chargé de l’administration et des finances. Trois sessions de formation ont été organisées sur les thématiques techniques. Les activités de distribution des semences et celles de warrantage ont aussi démarré. Par ailleurs, le CNCPRT a continué à fournir les appuis à la restructuration des Associations Villageoises autour de la filière coton, dans le cadre d’un projet de la CEEAC, l’Union des groupements des femmes Vendeuses du poisson membre de la FOTPAPE ; les groupements engagés dans la chaîne de manioc et la coopérative des groupements des femmes transformatrices de noix de karité. De manière générale, Un certain nombre d’actions ont été reportées en 2017. Parmi ces actions: les actions de plaidoyer qui n’ont pas pu avoir lieu. Elles  sont reportées au début de l’année 2017.  Les consultations régionales de 2016 ont été reportées au début 2017. Le report de ces activités s’explique également par le retard accusé dans le virement des fonds. La contribution aux rencontres d’auto évaluation a été reportée en 2017.

 

B.       Avancement de la mise en œuvre des projets des OPL

Au titre de la composante 3, le PAOPA a financé les projets de deux OPL, à savoir l’Union des sociétés d’action rurale des périmètres irrigués du Lac (USARPAL) et l’Union Al Mustakhbal de Hadjer Lamis. Pour la première OPL le projet consiste à la mise en œuvre des projets Gestion de l’irrigation, warrantage et approvisionnement collectif d’intrants pour la production vivrière dans le polder de Guini et pour la seconde OPL, c’est un projet consistant à mettre en place un système de warrantage de céréales. Au courant de l’année 2016, les deux OPL ont bénéficié de 05 virements  totalisant  pour Al Mustakhbal 9 057 250 FCFA et pour USARPAL 10 930 250 FCFA  correspondant à l’ensemble des virements reçus de 19 987 500 FCFA par le CNCPRT. Les fonds ont permis d’aménager leurs bureaux et se doter en matériels et fournitures de bureaux. Elles ont opérationnalisé leurs bureaux en recrutant un personnel technique (gérants) chargé de l’administration et des finances. Les activités d’achat, de distribution des semences et de warrantage ont aussi été lancées. Le Chargé d’Appui Local (CAL) a pu effectuer deux missions de terrain d’une durée chacune d’une semaine. Ces missions ont été consacrées au suivi des deux OPL bénéficiaires des fonds PAOPA et l’appui à l’élaboration de trois nouveaux projets à soumettre au financement. A savoir: le projet de transformation et de commercialisation du karité de Koumra (Coopérative des femmes du Mandoul pour la promotion du Karité), la projet de commercialisation du porc dans la FIANGA (Coordination des organisations paysannes du MONT ILLI) et le projet de production et de transformation du manioc de MBALKABRA (Union des groupements des femmes DJAKENDJIKO).

Le 14 décembre 2016, la mission accompagnée par le CAL s’est rendue à Massakory pour visiter les activités mise en œuvre dans le cadre de la convention entre Al Mustakhbal et le CNCPRT dans le cadre du programme PAOPA. Le projet est situé dans la région de Hadjer Lamis à 146 km de Ndjamena. Sur le terrain la mission a pu constater l’existence à l’entrée sud de Massakory d’une plaque signalétique  du projet. La rencontre avec l’organisation a connu la présence de 19 membres de AL Mustakhbal dont 3 femmes. Al Mustakhbal a été créé en 2008. Il comporte 13 groupements constitués de 145 producteurs parmi lesquelles 58 femmes. Le Conseil d’administration est composé de 9 membres dont 2 femmes et 4 jeunes. Le comité de gestion est quant à lui constitué de 4 membres dont une jeune femme.  Le siège et le magasin sont aménagés à quelques distances de la route principale. Le bureau est constitué d’une pièce principale équipée d’un bureau, deux classeurs dont un à portes, de matériel informatique (ordinateur, imprimante/scanner/photocopieur. Le magasin de stockage est annexé au siège.  En termes de gouvernance, la revue du statut de l’organisation a permis de constater qu’il n’y avait pas de distinction entre le conseil d’administration, le comité de gestion et le comité de surveillance qui tiennent des réunions communes.  Les échanges ont permis de relever la tenue  de trois rencontres par an du conseil d’administration, du conseil de surveillance et du conseil de gestion. La mission a pu voir le rapport de la rencontre de lancement du projet PAOPA/AL MUSTAKHBAL les autres rapports/PV ou Compte rendu du Conseil d’Administration seraient entre les mains du gérant (démissionnaire). Les rapports de ces rencontres devront être classés dans les chronos et les armoires du siège.  La précédente assemblée générale élective ayant eu lieu en 2014, une  prochaine assemblée générale élective est prévue pour le mois de mars 2017. Le retard dans la tenue de l’élection a été causé par le déguerpissement du siège aménagé par AL Mustakhbal pour cause d’électrification.  Un gérant a été recruté et a été payé (4 mois de salaires). Il lui reste un mois de salaire qui lui sera versé en contre-partie de son rapport d’activités. Cependant celui-ci n’a pas participé à la mission de suivi, il a été dit qu’il était en conflit avec le Président qui lui reprocherait de ne pas être suffisamment actif. Il a démissionné et sera remplacé par un autre. Le magasin de stockage est aménagé et reçoit déjà des sacs de maïs, d'arachide et de mil. La sécurité du magasin est assurée du fait de la proximité avec le domicile du Président.

L’installation du projet a connu des difficultés avec le déguerpissement par le cadastre du premier lieu d’installation qui malheureusement était situé dans l’emprise du projet d’électrification de la ville de Massakory. Les aménagements faits avec l’appui du programme PAOPA ont été détruits. Les membres de Al Mustakhbal ont procédé à la construction d’un nouveau siège grâce à leurs ressources propres dans un espace qui a été cédé provisoirement par le Président en attendant un aménagement prévu avec plan dans le site dont l’organisation est propriétaire. En effet, le site légal de Al Mustakhbal est situé à l’écart  des lieux habités. La mission a apprécié la capacité de réaction des membres qui ont dès le déguerpissement reconstruit un autre siège et un magasin de stockage par leurs propres moyens. Il a été recommandé que l’espace cédé par le Président fasse l’objet d’un contrat entre le Président et Al Mustakhbal. Dans la deuxième étape du projet en  juin 2016, les semences ont été payées et transportées. 373 producteurs ont reçu les semences pour un montant total de 1 500 000 FCFA. L’engagement des producteurs consiste à remettre 15 koros de plus pour chaque sac contenant 40 koros reçus. Le producteur remettra ainsi 55 koros du produit soit 15 koros supplémentaires. Pour la mise en œuvre de cette phase, la principale difficulté a été celle de l’arrivée tardive de l’appui financier, les prix des semences avaient augmentés de 50%. L’achat et la distribution des semences s’est faites en fonction des besoins exprimés, les paysans ont optés essentiellement pour des produits à récoltes rapides. Pour certains producteurs, les champs ont connus les difficultés liés aux variations du climat, aux destructions par les oiseaux et les insectes ravageurs. L’organisation doit estimer les produits attendus. Pour le troisième versement reçu du CNCPRT, au mois d’aout 2016, les membres de l’organisation ont bénéficié d’une formation sur le warrantage. Au mois d’octobre 2016 la formation prévue sur la mise en marché a été renvoyée  à une date qui sera fixée suivant le programme du CAL. La participation des femmes dans la mise en œuvre du projet est effective, chacun des sept groupements des femmes a contribué à hauteur de 15 000 FCFA par groupement à la construction du siège et du magasin de stockage. Autant que les hommes, et en fonction de leurs besoins les femmes ont reçu les semences. La mission a constaté une gestion administrative et financière moyennement satisfaisante (problème de classement et de conservation des pièces). Un temps a été consacré à conseiller les membres  de AL Mustakhbal pour l’amélioration de la tenue des documents comptables, administratifs et financiers. Quelques rappels ont été faits pour une meilleure maitrise des procédures du programme et quelques outils ont été partagés pour améliorer la justification des dépenses.

Pour ce qui concerne le projet d’USARPAL, les responsables du projet se sont déplacés de BOL à Ndjamena pour rencontrer la mission. USARPAL est une association de groupements  crée en 2004 autour des Polder dans le cadre de la gestion des stations de pompage. Le but étant d’autonomiser les organisations des producteurs. USARPAL qui est actuellement constitué en association envisage après avoir bénéficié de la session de formation sur la gestion coopérative dans le cadre du TCP 3502, se convertir en coopérative pour mieux responsabiliser ses membres. L’organisation gère 350 hectares aménagés dont 81 en gestion (160 exploitants) commune 269 hectares par des exploitants individuels. Le conseil d’administration d’USARPAL est composé de 9 membres parmi lesquelles 4 femmes et 2 jeunes. Les précédentes élections ont eu lieu en 2013, les futures élections sont attendues pour le mois de janvier 2017. Chaque station devra au préalable organiser des assemblées plénières pour collecter les données de sa station.Le projet est né du besoin pour les producteurs de disposer de semences en qualité et en quantité suffisantes, de disposer de plus d’autonomie dans les activités d’irrigation  et d’améliorer la gestion des récoltes pour de meilleurs revenus. Les principales activités du projet consistent ainsi à l’appui de l’irrigation et  au warrantage.  Dès le mois d’avril 2016, le projet a appuyé l’installation des bureaux, un local composé d’un espace bureau et d’une salle d’attente. Ces espaces ont été équipés de chaises, tables, armoires, équipement solaire, ordinateurs, imprimantes, scanneur, photocopieur. Lors de la réhabilitation du bureau, il a été constaté comme principale difficulté que le montant de l’appui était très limité. Le magasin de stockage dont les dimensions sont 9 x 8 m est annexé au bureau. Le recrutement d’un gérant s’est fait sur la base de ses compétences. L'union utilise aussi les services d'un magasinier, ancien agent de la SODELAC qui jouit d'un certain nombre de capacités parmi lesquels des connaissances avérées sur l'entreposage. Les membres ont bénéficié de la formation sur les itinéraires techniques des spéculations particulières. Les membres ont appréciés les formations reçues et ont sollicité d'autres formations du même type. Au mois d’aout 2016, ils ont bénéficié d’une formation sur la gestion financière et le warrantage. Concernant la formation sur l’entreposage, l’ancien magasinier de la SODELAC qui s’en occupe est déjà outillé. Il faudrait cependant envisager former des jeunes  pour assurer la relève. Une prochaine formation est prévue sur le système de mise en marché en janvier 2017. La mission ayant constaté des changements entre les thématiques prévues dans le document projet et celles mise en œuvre, il a été demandé au  CAL et au Président d’USARPAL d’actualiser le plan de formation en prenant en compte que  le montant déjà engagé est de 1090 000 FCFA sur 9 840 000 FCFA. Le plan de formation considérera les besoin en renforcement des capacités  en gestion administrative et financière, en gouvernance associative, et les itinéraires techniques. Il s’agit aussi dans cette même rubrique de fixer la mise en œuvre ou non du voyage d’échange dont le montant total est de 4 200 000 FCFA. L’achat et la distribution des semences se sont fait sans grande difficulté. Les 111 groupements ont reçu 3,4 tonnes de semences. Les difficultés rencontrées durant la distribution des semences concernent essentiellement la demande trop élevée par rapport à la disponibilité des semences à distribuer. L'Union a aussi relevé auprès l'absence de coordination entre le transfert des fonds à partir de la PROPAC et le calendrier agricole. De manière générale, le CAL et le Président d’USARPAL actualiseront le plan de mise en œuvre du projet, par ailleurs, ils distingueront les activités financées par la PAOPA des activités financées par USARPAL.

 

C.       Gestion des connaissances, capitalisation et durabilité

Le CNCPRT  a bénéficié de deux sessions de formation  au niveau régional sur la capitalisation, l’une au mois de mai 2016 à Yaoundé, l’autre au mois de novembre 2016 à Douala. Un plan de communication a été élaborée en 2010 mais il est a réactualiser Le CNCPRT compte sur le projet avec l’Union Européenne pour recruter un communicateur. Le CNCPRT  a l’opportunité de mettre en ligne, à partir de son site web, les informations sur ses activités et sur ses projets dans le site web de la PROPAC et dans les réseaux sociaux pour améliorer sa visibilité. Il ressort par ailleurs un besoin en renforcement des capacités sur l’utilisation des réseaux sociaux, la dissociation entre les espaces de partage d’informations personnelles et ceux qui sont professionnels. A la suite des formations en capitalisation organisées au niveau régional le CNCPRT  doit pouvoir organiser une session de restitution de celles-ci auprès de ses membres d’une part, il devra par ailleurs envisager la mise en œuvre des résolutions prise concernant la capitalisation des expériences autant dans la composante 3 que dans toute autre activité susceptible d’être partagée. Une expérience à capitaliser a été retenue à savoir, celle de USARPAL bénéficiaire du financement de la composante 3 du PAOPA.

 

 D.       Autres

Perspectives 2017 et 2018. Les activités de 2016 qui ont été reportées seront réalisées en 2017, parmi lesquelles, les actions de plaidoyer et les consultations régionales. En outre, les principales thématiques prioritaires à développer en 2017 et 2018 portent sur le changement climatique, le plaidoyer des femmes, les politiques publiques liées à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, et l'élaboration de loi d'orientation agro-sylvo-pastorale du Tchad.

En guise de conclusion, la mission juge plutôt satisfaisante la gestion du programme par le CNCPRT et salue le dynamisme de l'équipe technique qui malgré son nombre réduit arrive à réaliser les activités et à respecter ses engagements vis-à-vis de la PROPAC notamment dans la transmission des rapports dans les délais. La gestion financière du programme devrait encore s'améliorer avec le recrutement dans les prochains mois d'un comptable. De même, le recrutement du communicateur qui est également prévu devrait améliorer la visibilité du CNCPRT, la gestion des connaissances et la capitalisation et le partage des expériences. La mission apprécie la bonne collaboration entre les leaders et les techniciens du CNCPRT dans la mise en œuvre des activités du programme. La mission est satisfaite en outre de la mise en œuvre des projets financés dans le cadre de la composante 3. Avec un bon suivi et un appui permanent tant de la part du CNCPRT que de la PROPAC, ces projets ont toutes les chances de réussite. Le CNCPRT et les OPL doivent mettre en œuvre dans les délais toutes les mesures convenues et la PROPAC doit veiller à la mise en œuvre effective de ces mesures. 


Partager cet article dans les réseaux sociaux

Twitter Facebook Google Plus

Translate web site

English German Italian Portuguese Russian Spanish

Galerie vidéos PROPAC

Compteur de visite

150850
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine derniere
Ce mois
Mois dernier
TOTAL
16
617
3031
143070
17659
17431
150850

Nous rejoindre sur Facebook

A decouvrir

Conférence régionale sur l’agriculture familiale et l’agri business en Afrique centrale: Construire avec les jeunes Du 22 au 24 mars 2017 à Yaoundé/Mfou – Cameroun
Conférence régionale sur l’agriculture familiale et l’agri business en Afrique centrale: Construire avec les jeunes Du 22 au 24 mars 2017 à Yaoundé/Mfou – Cameroun

Nos Partenaires

Répartition des visiteurs

TCVN Flag Counter Joomla Modules Joomla Templates

S'abonner au newsletter ?

Nous rejoindre sur