PROPAC-CNOPCONGO-PAOPA

 

La mission de suivi/accompagnement effectuée à la CNOP CONGO du 11 au 19 décembre 2016, a été conduite par une équipe composée de M. Ewolé Gustave, Responsable Administratif et Financier de la PROPAC et par ailleurs chargé de la mise en œuvre du PAOPA et M. Fegue Serges, assistant financier.  objectif d’assurer un suivi de proximité des modalités d’exécution du projet PAOPA en vue d’améliorer la qualité des informations et documents produits par l’équipe technique de la CNOP Congo et plus spécifiquement, évaluer l’état d’avancement de la mise en œuvre du PTBA 2016 ; d’évaluer l’état d’avancement de la mise en œuvre des projets des OPL ; de conscientiser les OP à respecter les procédures édictées par la FIDA et la PROPAC ; d’appuyer les services financiers à la justification des dépenses engagées ; de collecter les données sur les expériences à capitaliser.

La mission a travaillé avec le Président exécutif de la CNOP CONGO, M. NTADY Séraphin, la présidente du collège des femmes, Kinkodila Hortense Dolores, M. MILONGO Francis Stéphane, le Chargé de programmes, M. Diata Diata Franck, chargé des finances et Mlle LENDI Sage, secrétaire-caissière. La mission a également travaillé avec l’équipe dirigeante du projet ABBON (Mme PONDI Thérèse et M. Mulengo Joseph) pour le démarrage du projet d’appui à la commercialisation des produits vivriers ainsi qu’avec les principaux responsables de l’UGEA (M. MINAZAMBI Bienvenu, MISSAKILA Nestor, …)sur l’évaluation de l’exécution du projet financé par le PAOPA.

 

 A.       Évaluation d'ensemble de l'exécution du projet

Le 23 août 2013, la CNOP CONGO a signé avec la PROPAC un accord de sous-traitance pour la mise en œuvre de la phase principale du PAOPA. Cet accord a prévu un avenant pour le financement de 34.506.618 FCFA pour l’année 2016. Un transfert de fonds d’une valeur totale de 14.859.362 FCFA a été effectué en début du mois de juillet par la PROPAC en vue de la réalisation d’une partie des activités des composantes  1 et 2. Ce transfert de fonds est intervenu à la suite du transfert d’un montant de 7.416.905 FCFA représentant la valeur budgétaire des activités de 2015 ayant été reportées pour l’exercice 2016. La CNOP Congo a adressé à la PROPAC, le 12 novembre 2016, une deuxième demande de retrait de FCFA 4.297.864 encore en traitement dans les services de la PROPAC. Ce montant couvre l’ensemble des activités à réaliser avant le 31 décembre 2016.

Le PTBA 2016 sur la base duquel l’addendum a été signé a été revu en septembre 2016 conformément aux recommandations de la mission de supervision du FIDA qui a séjourné à Yaoundé du 11 au 21 septembre 2016. Il s’est agi de répondre aux préoccupations de réallocation que posait l’année d’extension.  Ce PTBA présente les activités que la CNOP Congo se devait de réaliser entre le 1er  janvier et le 31 décembre 2016 :Organisation d’une session de CA ; Missions de reliance ; Audit des comptes ; Réalisation d’une vidéo ; Analyse de l’impact des projets et programmes de coopération ; Production et diffusion des documents de plaidoyer ; Actions de plaidoyer ; Formations en lobbying et plaidoyer ; Consultation régionale/nationale sur les politiques ; Contribution aux rencontres d’auto évaluation. A cette liste, il faut ajouter les activités du PTBA 2015 qui ont été reportées en 2016. Une équipe  technique réduite de trois personnes s’active au fonctionnement quotidien de la CNOP CONGO ; le chargé de programme, le chargé des finances qui assure également la fonction de cadre d’appui local et la secrétaire-caissière.

Le financement des projets des OPL : la CNOP Congo a présenté deux projets (UGEA et ABBON) dans le cadre de la mise en œuvre de la composante 3 du PAOPA. A ce jour, seul le projet UGEA a reçu les premiers décaissements. Sur le montant total attendu de 19.843.948 FCFA, la PROPAC a effectué deux transferts pour un montant total de 15.864.495 FCFA soit un taux de déblocage de 80%. Le projet ABBON a connu un gel pour son démarrage à cause d’une négociation non fructueuse avec ACTED (structure d’appui) qui aurait pu contractualiser avec le groupement pour le transport des produits vers les villes de Brazzaville et Pointe noire. Le processus de  clôture de l’exercice 2016 n’a pas encore été enclenché car les activités de  rencontre statutaire (CA), paiement de salaire (2 mois) et d’audit faisant l’objet de la DRF n°2 en traitement à Yaoundé, restent pendantes.

 B.       Avancement de l'exécution du projet

Aperçu et description rapides des problèmes ressortant de l'examen des rubriques de la section B2, appendice 1 du résumé. Y inclure toute question supplémentaire qui n'aurait pas été mentionnée au titre de la section B2. Indiquer les mesures spécifiques à prendre, par qui les faire prendre et quand.

Composante 1 -  Renforcement des capacités institutionnelles. L’ensemble des lignes  budgétaires de  cette composante présente en 2016 un montant total de FCFA 15.123.089 sur lesquelles les dépenses ont été effectuées pour un montant de FCFA 12.501.325  soit un écart de réalisation au 19 décembre de FCFA 2.621.764 soit un taux de réalisation de 83%. Sous composante 1.1 : Soutien aux principales fonctions des OP   Une session du conseil d’administration avait été planifiée mais n’a pas encore été organisée. Elle pourrait être convoquée pour la fin de ce mois. Salaires du personnel : Il a été prévu en 2016, dans la logique de la dégressivité, de payer  10 mois de salaires aux 03 personnels qui sont pris en charge par le PAOPA. 08 mois ont déjà été décaissés. Missions de reliance : Les 06 missions prévues en 2016 ont été effectuées dans les départements suivants : Pointe Noire – 03 au 07/9/2016, Bouenza – 13 au 16/8/2016,  Niari – 24 au 27/8/2016, Lékoumou - 29 au 31/8/2016, et Pool – 14/9/2016, Brazzaville- 18 au 19/9/2016. Sous composante 1.2 : Appui à la communication et visibilité. Une seule activité était inscrite au PTBA 2016, la prise d’espace média. La CNOP n’a pas sollicité le transfert de ce fonds. L’activité sera reconduite au PTBA 2017.

Composante 2 – Participation à l’élaboration des politiques : Le montant total du budget alloué à la composante 2 dans le PTBA 2016 est de FCFA 19.383.529. Les dépenses engagées s’élèvent à FCFA 3.181.391 soit un taux de réalisation de 6%.Sous composante 2.1 : Etudes et Analyses. La CNOP a recruté un consultant pour la réalisation d’une évaluation de l’impact des projets et programmes de coopération multilatérales au Congo. Le pré rapport a été rendu, les amendements apportés, il ne reste que  l’organisation de l’atelier d’appropriation qui a été reportée pour l’année 2017.Sous composante 2.2 : Participation à la formulation des politiques et l’engagement dans les processus de prise de décisions.   La CNOP n’a pas pu exécuter une seule activité planifiée. Toutes les activités prévues dans cette sous composante ont été reportées dans le PTBA de l’année 2017.

Composante 3 – Fourniture de services économiques. 02 projets avaient été retenus par la CPAE  (UGEA  et ABBON). A ce jour, la PROPAC a effectué 02 transferts pour le compte de l’UGEA pour un montant total de FCFA 15.864.495. La CNOP Congo a transféré en totalité le montant  reçu au compte de l’UGEA pour la mise en œuvre des activités.

Projet UGEA. La journée de vendredi a été consacrée à la visite de travail au siège de l’union. La mission a visité les réalisations du projet  de fertilisation des sols par la fumure organique  et s’est entretenue avec les principaux responsables de l’union sur l’exécution dudit projet. Ce projet comporte deux volets clés : l’élevage des poules pondeuses et la production de la fumure à base l’échinochloea haché.  A ce jour, le niveau d’exécution est  de 85%. Le volet élevage des poules pondeuses a été bien conduit avec une bande de 500 sujets dans la phase de pré ponte mais la production de la fumure rencontre des difficultés du fait de la situation sécuritaire dans le pays. Le projet s’est doté d’une hacheuse motorisée mais n’a pas été autorisé à acquérir les pirogues qui lui permettraient de couper et de transporter l’échinochloea afin d’alimenter son unité de hachage. Cette situation affecte sérieusement la mise en route de la production de la fumure organique et hypothèque l’atteinte des résultats. Des solutions alternatives ont été évoquées par l’équipe dirigeante du projet et ont fait l’objet des discussions avec la mission. Le projet emploie actuellement 05 jeunes qui travaillent au quotidien (01 gérante, 01 volailleur, 03 ouvriers producteurs de la fumure).

Le deuxième projet,  celui du groupement ABBON qui porte sur la commercialisation des produits vivriers n’a pas pu démarrer pour de raison de réorientation. La mission a eu une séance de travail avec les deux principaux responsables du projet au siège de la CNOP. Au cours de ces travaux, le projet a été revu dans sa partie opérationnalisation en consacrant l’essentiel de son activité à la production de revenus. Il a été convenu que la demande de retrait devrait être envoyée pour déblocage de la première tranche des financements.

 C.       Vue d’ensemble du plan de travail annuel pour l’année suivante.

L’année 2017 précède l’année de clôture du programme. La CNOP place son action sous le sceau de la continuité  mais en mettant un accent particulier sur la thématique du financement de l’agriculture devant faire l’objet des plaidoyers tout au long de l’année 2017. Les femmes et les jeunes seront les bénéficiaires privilégiés des actions menées par la CNOP comme recommandé par la PROPAC.Ces actions permettront à la CNOP de : Améliorer sa visibilité par le renforcement du dispositif de communication interne et externe. Cela impliquera l’utilisation des réseaux sociaux, la diffusion des rapports et la présence dans les fora lors des événements mondiaux du mois d’octobre. (femmes rurales et journée de l’alimentation) ; Renforcer les capacités des leaders femmes et jeunes pour qu’ils puissent porter les préoccupations dans les sphères de décision au niveau départemental et local. Pour améliorer la participation de ces deux groupes, les formations en lobbying et plaidoyer seront organisées dans les départements ; Mobiliser des ressources additionnelles et complémentaires au PAOPA au niveau national par le développement des partenariats dans un souci de durabilité de son intervention.

 

 D.       Durabilité

Développement des partenariats.  La CNOP Congo en cette année 2016 a bénéficié d'un financement par le fonds d'appui projets du Programme concerté pluri acteurs (PCPA) qui a pour partenaires l’AFD et CFSI (Comité français pour la solidarité internationale). Ce projet porte sur l'évaluation du financement de l'agriculture : Cas du Projet de développement agricole et de réhabilitation des pistes rurales (PDARP). L'objectif général du projet vise à mesurer les résultats d’impact de la composante 3 du PDARP sur la satisfaction de l’augmentation des revenus et l’amélioration de la sécurité alimentaire dans deux départements  Brazzaville et Bouenza. Le montant  global est de : 14 947 875 FCFA.  Les efforts de mobilisation de ressources doivent être accrus, tant l’environnement national est favorable au développement agricole. Toutes les ressources humaines (techniciens et élus) doivent être mises à contribution. La PROPAC  doit être approchée pour tout appel à propositions international qui ciblerait le Congo.

 

 E.       Autres aspects

Les ressources internes. La légitimation de la représentativité de la CNOP Congo passe par l’élargissement de son membership tant en termes de nombre que du secteur d’activité. La CNOP devra mettre à profit les missions de reliance pour sensibiliser, conscientiser les communautés rurales, les GEC à se regrouper autour des coopératives qui adhéreraient à la CNOP. Cette stratégie d’accroissement du nombre de membres va affecter à coup sûr, le volume des cotisations annuelles mobilisées.Le lien avec l’action des programmes et projets publics.La CNOP a eu à négocier et à contractualiser avec les projets publics pour délivrer des services au profit des producteurs et de leurs organisations. Cela devrait constituer une opportunité pour  recruter des nouveaux membres et assurer la continuité de l’action des projets, une fois ceux-ci clôturés.

En conclusion, la CNOP Congo évolue dans un environnement favorable à son développement parce que reconnue comme représentant des producteurs au milieu d’une multitude des organisations non gouvernementales offrant leurs services en milieu rural. Il s’agit pour  la CNOP de savoir saisir toutes les opportunités qui s’offrent à elle pour nouer des partenariats nouveaux, donner du contenu à la convention signée avec le ministère de l’agriculture et pour s’ouvrir à d’autres secteurs d’activités agricoles notamment le secteur de l’élevage afin d’élargir sa base et son champ d’action. La mission note avec satisfaction les progrès réalisés par la CNOP en matière de gestion du projet et l’encourage à continuer dans cette lancée. Toutefois, la CNOP se doit d’orienter son action vers l’inclusion des femmes et des jeunes, définir une stratégie efficace de mobilisation des ressources afin de garantir la pérennisation de son intervention et améliorer l’offre de services aux membres.


Partager cet article dans les réseaux sociaux

Twitter Facebook Google Plus

Translate web site

English German Italian Portuguese Russian Spanish

Galerie vidéos PROPAC

Compteur de visite

242480
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine derniere
Ce mois
Mois dernier
TOTAL
240
431
4075
233557
13860
17242
242480

Nous rejoindre sur Facebook

A decouvrir

Conférence régionale sur l’agriculture familiale et l’agri business en Afrique centrale: Construire avec les jeunes Du 22 au 24 mars 2017 à Yaoundé/Mfou – Cameroun
Conférence régionale sur l’agriculture familiale et l’agri business en Afrique centrale: Construire avec les jeunes Du 22 au 24 mars 2017 à Yaoundé/Mfou – Cameroun

Nos Partenaires

Répartition des visiteurs

TCVN Flag Counter Joomla Modules Joomla Templates

S'abonner au newsletter ?

Nous rejoindre sur