ETUDE SUR LES POLITIQUES REGIONALES AGRICOLES EN AFRIQUE CENTRALE  

  1. Contexte et justification

Les performances du secteur agricole dans la région d’Afrique centrale sont demeurées insuffisantes pour faire face aux multiples défis auxquels la région est confrontée: insuffisance alimentaire, amélioration de la productivité agricole, promotion des marchés locaux, conquête de nouveaux marchés d’exportation, etc. Ces performances sont dans l’ensemble très modestes par rapport aux atouts agro-écologiques de la région. La croissance de la production agricole, animale et halieutique reste dans l’ensemble faible. Sur la période 2000/2009, la production agricole vivrière a enregistré une augmentation globale de 37% avec une croissance relativement forte des plantes à racines et tubercules de 67%, suivi des céréales 34% et des bananes et plantains de 13%.

Malgré ces contre-performances, l’agriculture reste le principal secteur de l’économie des pays de l’Afrique Centrale. Elle couvre les besoins de subsistance et revenus pour une large population rurale. Elle emploie environ 64% de la force vive de la zone et contribue pour 25% au produit intérieur brut (PIB) de la sous-région, bien que ce soit de manière fortement variable d’un Etat à l’autre. Sa contribution aux recettes d’exportation est seulement de 15% des recettes d’exportation en raison du poids relativement important des exportations du pétrole produit dans certains pays de la région.

Les pays de l’Afrique Centrale sont regroupés au sein de deux communautés économiques régionales : la CEEAC (Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale) et la CEMAC (Commission Economique et Monétaire des Etats de l’Afrique Centrale). La CEEAC regroupe dix pays de la région à savoir : Angola, Burundi, Cameroun, République du Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, République Centrafricaine, République Démocratique du Congo (RDC), Sao Tomé et Principe, et le Tchad. La CEMAC compte six des dix pays de la CEEAC: Cameroun, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, République Centrafricaine et Tchad. Les six pays de la CEMAC ont en commun une monnaie, le FCFA.

Ces deux organisations régionales impulsent deux dynamiques de politiques/stratégies régionales en matière de développement agricole. Si l’approche du développement agricole est matérialisée au niveau continental, par la préparation du Programme détaillé de développement agricole de l’Afrique (PDDAA) du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) et, dans la région d’Afrique Centrale, le PDDAA est concrétisé à travers la formulation et la mise en œuvre d’une Politique Agricole Commune (PAC), des pactes de partenariat aux niveaux national et régional, ainsi que des Programmes d’Investissement Agricole de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle, aux niveaux national et régional (PNIASAN/PRIASAN). De son côté, la CEMAC a préparé pour ses Etats membres une stratégie agricole commune (SAC) et un programme économique régional (PER). Ces programmes doivent être mis en œuvre en cohérence avec les orientations et les logiques développées dans le cadre du NEPAD.

Une étude a été réalisée en juin 2013 dans le but est d’analyser les politiques agricoles à l’intérieur de la région Afrique Centrale pour déceler les incohérences éventuelles en vue d’élaborer une stratégie de plaidoyer pour une meilleure cohérence des politiques agricoles à l’intérieur de chacune de ces régions. Ce rapport s’appuie sur une exploitation de la littérature disponible relative aux politiques, stratégies, projets et programmes en cours dans la région, et notamment les documents de la Stratégie Agricole Commune de la CEMAC et de la Politique Agricole Commune de la CEEAC.

La PROPAC se propose d’approfondir l’analyse réalisée sur la cohérence des politiques en Afrique centrale et dont les premières conclusions ont été restituées lors de l’atelier sur les cohérences politiques en Afrique de l’Ouest et du Centre tenu à Ouagadougou (Burkina Faso en juin 2013. Pour être plus pertinente, l’étude devra aller au-delà de l’étude documentaire et réaliser des interviews avec des responsables publics au niveau régional (CEEAC, CEMAC ainsi que leurs institutions spécialisées), mais aussi des responsables au niveau national.

  1. Objectifs de l’étude

La présente étude se donne pour objectif global d’analyser en profondeur les politiques agricoles en cours mais aussi leur évolution dans la région Afrique Centrale pour déceler les incohérences éventuelles en vue d’élaborer une stratégie de plaidoyer pour une meilleure cohérence des politiques agricoles.

Plus spécifiquement, il s’agit de :

  •   Dresser un état des lieux des politiques sectorielles régionales de développement agricole en Afrique centrale
  • Évaluer la tendance et le niveau de la mise en œuvre  des politiques agricoles et les raisons pour les succès ou les contraintes qui empêchent leur mise en œuvre
  • Valoriser les expériences des acteurs non étatiques dans l’élaboration des politiques agricoles et notamment les organisations paysannes
  • Renforcer les capacités de la PROPAC et ses membres å influencer, sur base d’analyses solides, la formulation et la mise en œuvre des politiques et programmes dans les domaines des politiques agricoles ; notamment en facilitant l’élaboration des positions communes et des propositions précises à défendre
  • Promouvoir une approche participative à l’élaboration et la mise en œuvre de la PAC et la SAC.
  1. Méthodologie de l’étude

L’étude sera menée par un consultant indépendant recruté par la PROPAC.

L’étude se déroulera en 3 étapes consécutives, qui se reflèteront dans la structure de l’étude:

  1. 1ere étape : revue des cadres politiques régionaux en matière de développement agricole dans l’espace CEEAC/CEMAC. Cette revue sera basée sur une collecte des informations existantes au niveau des secrétariats régionaux.

2èmeétape: interviews des parties prenantes dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques agricoles dans 4 pays : Cameroun, Gabon, RCA, Tchad.

3èmeétape : rédaction du rapport

 4.      Produits finaux

Les constatations et les recommandations de l’étude seront présentées de manière concise et accessible dans un document disponible en français (et possiblement traduit en anglais). Un atelier d’appropriation et de diffusion des conclusions de l’étude regroupant les responsables d’OP et les responsables étatiques sera organisé dans le but de permettre aux participants d’améliorer leurs connaissances sur les politiques agricoles et le contexte dans lequel celles-ci se développent. Les participants devront aussi s’approprier les conclusions de l’étude dans la perspective des actions de plaidoyer futures.

Calendrier

Les différentes étapes de l’étude seront déroulées suivant le calendrier ci-après :

Etapes

Période

  1. 1ere étape : revue des cadres politiques régionaux en matière de développement agricole dans l’espace CEEAC/CEMAC. Cette revue sera basée sur une collecte des informations existantes au niveau des secrétariats régionaux

15 décembre 2013-15 janvier2014

2èmeétape: interviews des parties prenantes dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques agricoles dans 4 pays : Cameroun, Gabon, RCA, Tchad

15 janvier 2014-15 février 2014

3èmeétape : rédaction du rapport

15-28 Février 2014

NB : Les personnes désireuses de faire acte de candidature sont priées de déposer leur dossier au Secrétariat permanent de la PROPAC, sis au quartier Nkomo-Yaoundé, ou les envoyer à l’adresse    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  au plus tard le 15 fevrier 2014.

Le dossier comprendra un CV détaillé et une lettre de motivation.

Seul le candidat retenu sera contacté. 


Partager cet article dans les réseaux sociaux

Twitter Facebook Google Plus

Translate web site

English German Italian Portuguese Russian Spanish

Galerie vidéos PROPAC

Compteur de visite

111405
Aujourd'hui
Hier
Cette semaine
Semaine derniere
Ce mois
Mois dernier
TOTAL
501
650
2590
105591
10655
14306
111405

Répartition des visiteurs

TCVN Flag Counter Joomla Modules Joomla Templates

S'abonner au newsletter ?

Nous rejoindre sur