Rencontre de concertation entre organisations paysannes, de producteurs et la recherche en Afrique centrale

Publication : Fév 05th, 2018

Du 06 au 08 aout 2014 à Yaoundé / Mfou au Cameroun

La croissance démographique accélérée, l’intensification des changements climatiques, la volatilité des prix sur les marchés et l’insécurité alimentaire galopante dans la région Afrique centrale, contraignent les décideurs politiques à investir dans le secteur agricole et particulièrement dans la recherche et le développement agricole afin d’accroître la production agricole et la productivité. Cette évolution du contexte institutionnel met la recherche au centre du développement agricole tout en favorisant l’implication effective des bénéficiaires des résultats de la recherche que sont les producteurs et leurs organisations dans le processus de génération et de diffusion des technologies.

Cette dynamique a été amorcée au sein des dépositaires d’enjeux que sont les organisations des producteurs pour la prise en charge de certaines fonctions dont celle de représentation qui fait de ces organisations, des interlocuteurs incontournables dans les services de la recherche agricole. Les organisations des producteurs peuvent désormais s’impliquer dans la gestion des institutions de recherche, dans la détermination de l’agenda de recherche et dans le financement de la recherche. Cette articulation, réalisable dans un cadre de partenariat bien construit, trouverait son ancrage avec l’adoption des programmes régionaux de sécurité alimentaire et d’une politique agricole commune de la CEEAC.

La création par la CEEAC du Fonds spécial régional pour le développement agricole - FSRDU, l’internalisation par les états du Programme détaillé de développement de l’agriculture africaine - PDDAA et l’engagement des Chefs d’Etat à Maputo constituent autant d’opportunités pour la promotion de la croissance de l’agriculture en Afrique centrale.

C’est pour resserrer les liens entre toutes les parties prenantes du processus de recherche- développement et notamment les OP et les instituts de recherche que la PROPAC s’est engagée à organiser à Yaoundé, du 28 au 30 mai 2014 cet atelier régional dont le thème est : « Recherche agricole pour le développement et renforcement des capacités des parties prenantes ».

En outre, l’objectif de l’atelier est de renforcer les mécanismes de collaboration entre les organisations de producteurs et les instituts de recherche agronomique pour une communauté d’objectifs et une vision concertée des principaux aspects de la recherche agricole pour le développement en en Afrique centrale.

Il s’agit notamment de :

- Mettre en place des mécanismes qui favorisent la prise en compte et l’implication des OP dans les processus de recherche

- Favoriser l’appropriation des processus et résultats des processus de recherche par les OP et leurs membres en vue d’une meilleure vulgarisation

- Créer un cadre formel de concertation entre la recherche, la PROPAC et ses OPN 4. Identifier les domaines et thématiques prioritaires pour la collaboration

Les résultats attendus de l’atelier sont les suivants :

-        - Les OP et les instituts de recherche en Afrique Centrale ont identifié des domaines et thématiques prioritaires de collaboration,

-       - Un plan stratégique de collaboration/feuille de route est élaborée il s’appui notamment sur le PDDA et le PAEPARD,

-    - Les thématiques spécifiques au Femmes et aux jeunes en matière de recherche agricole sont identifiées en Afrique Centrale en tenant compte des politiques agricoles nationales et régionales,

-       - Un cadre formel de concertation entre les instituts de recherche et la PROPAC est mis en place 

Trois modes d’échange sont proposés pour le bon déroulement des travaux :

-        -   La communication documentaire,

-    - Des exposés-débats en séance plénière pour alimenter des réflexions de fond. Les exposés seront structurés autour de trois questions critiques à savoir : (i) Le renforcement de la participation des organisations des producteurs dans les actions de la recherche aux plans national et régional ; (ii) Le renforcement des capacités des organisations des producteurs pour une participation plus efficace ; (iii) Le financement de la recherche en Afrique centrale.

-       - Des travaux de groupe pour approfondir les échanges des séances plénières.

Sur la base des échanges, une feuille de route des priorités communes sera élaborée et une stratégie commune de plaidoyer sera définie.  

Prend part à l’atelier, une trentaine de participants représentant les organisations des producteurs, les instituts nationaux et pôles régionaux de recherche, les ministères, les communautés économiques régionales, etc.

Les langues officielles d’expression seront utilisées à savoir : le français, l’espagnol et le portugais.{jcomments off}