Plaidoyer en faveur d’une loi d’orientation agricole au Cameroun
Featured

29 July 2022
Author :  

WhatsApp Image 2022 07 12 at 14.51.41 1

La Concertation Nationale des Organisations Paysannes du Cameroun (CNOP-CAM) a organisé une rencontre de plaidoyer qui s’est tenue le 13 juillet 2022 à Yaoundé. L’objectif de cette rencontre était de soumettre aux pouvoirs publics et aux médias la proposition de la CNOP-CAM en faveur en faveur d’une loi d’orientation au Cameroun. 

DSC 0430L’état du Cameroun reconnait dans sa stratégie nationale de développement (SND 2020- 2030) que l’agriculture représente une composante majeure dans la transformation structurelle de l’économie. L’augmentation de la productivité du secteur agricole devra impacter positivement les filières industrielles notamment l’agro-industrie. De plus, cela contribuera non seulement à l’amélioration de la sécurité alimentaire mais aussi à gagner des revenus et des emplois supplémentaires dans l’économie.

Cependant une faiblesse notée dans la SND 30 concerne la mise en œuvre des politiques publiques dans le secteur rural, notamment le fait d’avoir retenu des solutions communes aux différents types d’acteurs en charge de la production de ce secteur (Exploitations Familiales agricoles, Moyennes Entreprises Agricoles et Grandes Entreprises Agricoles) et d’avoir multiplié des Programmes et Projets dédiés au secteur rural en l’absence d’un ciblage adéquat et d’une coordination suffisante par les services compétents.

En effet, le secteur rural est caractérisé par la prédominance des Exploitation Agricoles Familiales (EAF) dont les capacités de production sont limitées par le faible accès aux crédits financiers, aux intrants agricoles, aux services spécialisés et aux technologies. Ces capacités sont aussi limitées par l’utilisation des techniques artisanales, des outils rudimentaires et l’enclavement de certains bassins de production. Quant aux Moyennes et Grandes Exploitations Agricoles, elles restent confrontées aux difficultés d’accès aux grandes superficies, un faible lien aux entreprises et évoluent dans un environnement des affaires peu favorable.

CNOPCAM 1Pour le Cameroun qui a souscrit aux 17 objectifs du développement durables (ODD) dont deux qui concernent l’éradication de la pauvreté : sous toutes ses formes et partout dans le monde et la lutte contre la faim : éliminer la faim et la famine, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir une agriculture durable), l’atteinte de ces objectifs voudrait qu’on oriente les efforts vers le secteur agricole qui possède des niches de croissance assez importantes. Face à ces réalités, il est indiqué de mener une réflexion sur l’encadrement juridique de ce secteur à travers une loi, afin que sa place soit reconnue comme tel et de premier plan dans notre économie.

C’est dans ce contexte que la CNOP-CAM a élaboré avec le soutien du programme FO4ACP une proposition en faveur de l’élaboration et l’adoption d’une loi d’orientation agricole au Cameroun. La rencontre d’échanges organisée sous-forme de déjeuner-débat a connu la participation de 45 personnes notamment les représentants des ministères sectoriels, les médias, et les leaders des organisations paysannes. Elle visait à susciter leur soutien pour une prise de conscience publique de la reconnaissance du secteur agricole et de ses acteurs dans la préservation de la sécurité, la souveraineté alimentaire et nutritionnelle durable, notamment dans le processus de valorisation des produits locaux et l’import substitution, en d’autres termes pour la promotion du « consommer Camerounais ».

DSC 0401« Pour ce qui est de l’accompagnement du monde rural, les producteurs sont conscients et reconnaissent tous les efforts fournis par l’Etat, cependant beaucoup reste à faire, le souhait étant à cet effet que   cela soit fait de manière cohérente et harmonisée. C’est pour cela que les producteurs font appel à l’élaboration et à l’adoption d’une loi d’orientation agricole par les législateurs. Cette loi sera une reconnaissance forte des petits producteurs, des exploitations agricoles familiales, mais également la formalisation des métiers agricoles pour que le paysan se fasse appeler entrepreneur agricole.

Grace à cette loi, les producteurs deviendront un partenaire de proximité des pouvoirs publics et chacun devra maitriser son rôle et pouvoir et le jouer à fond pour la sécurité, la souveraineté alimentaire et nutritionnelle, pour la création des emplois, pour la lutte contre la pauvreté et pour le développement durable. » a déclaré Son Excellence Mme Elisabeth Atangana Ambassadrice spéciale de la FAO pour les Coopératives et Présidente de la CNOP-CAM au sortir de la rencontre de plaidoyer.

86 Views
Mike ATANGANA
Login to post comments
Top
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…